Waters of Life

Biblical Studies in Multiple Languages

Search in "French":
Home -- French -- John - 026 (The Baptist testifies to Jesus)
This page in: -- Arabic -- Armenian -- Bengali -- Cebuano -- Chinese -- English -- Farsi? -- FRENCH -- Hausa? -- Hindi -- Indonesian -- Kiswahili -- Kyrgyz -- Malayalam -- Peul -- Portuguese -- Russian -- Serbian -- Spanish? -- Tamil -- Telugu -- Turkish -- Urdu -- Uyghur? -- Uzbek -- Vietnamese -- Yiddish

Previous Lesson -- Next Lesson

JEAN - La lumière luit dans les ténèbres
Etudes de l'Evangile de Christ selon Jean

PARTIE 1 - Rayonnemenmt de la lumière divine (Jean 1:1 - 4:54)
C - Premiere visite de Christ a Jerusalem (Jean 2:13 - 4:54) -- Qu’est-ce que la veritable adoration?

3. Le Baptiste témoigne de Jésus l’époux (Jean 3:22–36)


JEAN 3:22-30
22 Après cela, Jésus, accompagné de ses disciples, se rendit dans la terre de Judée; et là il demeurait avec eux, et il baptisait. 23 Jean aussi baptisait à Enon, près de Salim, parce qu'il y avait là beaucoup d'eau; et on y venait pour être baptisé. 24 Car Jean n'avait pas encore été mis en prison. 25 Or, il s'éleva de la part des disciples de Jean une dispute avec un Juif touchant la purification. 26 Ils vinrent trouver Jean, et lui dirent: Rabbi, celui qui était avec toi au-delà du Jourdain, et à qui tu as rendu témoignage, voici, il baptise, et tous vont à lui. 27 Jean répondit: Un homme ne peut recevoir que ce qui lui a été donné du ciel. 28 Vous-mêmes m'êtes témoins que j'ai dit: Je ne suis pas le Christ, mais j'ai été envoyé devant lui. 29 Celui à qui appartient l'épouse, c'est l'époux; mais l'ami de l'époux, qui se tient là et qui l'entend, éprouve une grande joie à cause de la voix de l'époux: aussi cette joie, qui est la mienne, est parfaite. 30 Il faut qu'il croisse, et que je diminue.

Après la Pâque, Jésus sortit de Jérusalem et commença à baptiser. Les disciples connaissaient la nécessité d’un brisement avant la nouvelle naissance et savaient que sans confession des péchés, le salut n’est pas réalisé. Le baptême pour le pardon des péchés symbolisait le brisement, par lequel le pénitent exprimait son aspiration à entrer dans la nouvelle alliance avec Dieu.

Le Baptiste avait changé d’endroit et baptisait maintenant à Enon à l’extrême nord de la vallée du Jourdain. Les gens allaient vers lui et lui ouvraient leur cœur; il les baptisait, les préparant à rencontrer Jésus.

Jésus ne retourna pas directement en Galilée, mais commença à baptiser les pénitents ailleurs dans le pays. Ayant une plus grande autorité, il attirait plus de monde que Jean. En conséquence, une dispute éclata entre les deux groupes. La question était: Lequel des deux chefs convient-il le mieux à la tâche de purification des péchés? Lequel des deux est plus proche de Dieu? C’était une question vitale, car ils envisageaient consacrer leur vie au meilleur enseignant. Frère, avez-vous réfléchi au sens de votre dévotion?

Le Baptiste résista à une forte tentation. Il ne fut pas jaloux du succès impressionnant de Jésus, mais réalisa que son propre ministère avait des limites. Il admit humblement: «Un simple homme ne peut pas assumer un si bon travail seul. Il ne peut le faire qu’à la condition que Dieu lui accorde la puissance, la bénédiction et le fruit.» Nous, au contraire, nous nous vantons de nous-mêmes, de notre connaissance spirituelle, de nos prières ou beaux discours. Si nous devions recevoir un don spirituel, c’est de Dieu. Nous restons des esclaves indignes même si nous obéissons à la volonté divine. Le Baptiste resta humble, il ne mit pas en avant des capacités qui le dépassaient, mais glorifia Dieu seul.

Jean-Baptiste témoigna à nouveau devant ses disciples. Il n’était pas le Messie. Il se peut qu’il ait espéré une entrée triomphale à Jérusalem, mais cela ne se fit pas. Jésus continua à baptiser, ce qui troubla le Baptiste qui resta malgré tout obéissant. Il était juste le précurseur de Christ pour lui préparer le chemin.

Jean resta fidèle à la révélation reçue. Il attesta que Jésus était l’époux, qui soignait le pénitent, purifié par les eaux du baptême comme son épouse. Aujourd’hui, l’Esprit crée cette unité spirituelle, comme le dit Paul: «Nous sommes membres du corps de Christ et il est la tête du corps; nous sommes un en lui.» Christ n’est plus notre juge mais notre Sauveur, l’époux. L’image joyeuse du mariage nous montre notre espérance en Christ.

Le Baptiste se tenait à distance, se réjouissant de la croissance de l’Eglise. Il se tenait aux côtés de Jésus sans se mêler à son assemblée. Il confessa être un ami fidèle. Tandis qu’il demeurait à l’écart dans le désert, Jésus entra à Jérusalem, où il accomplit des miracles et prêcha. Le Baptiste observa la progression du Royaume et se réjouit. La voix et l’éminence de l’époux lui faisaient plaisir. Les nouvelles des succès de Christ résonnaient comme une musique céleste en lui. Ainsi, la tendresse de Christ adoucit le Baptiste quelque peu sauvage, arrivant au terme son ministère. Il se réjouit en tant que partenaire à cette fête de mariage.

Jean était prêt à mourir, ne tenant pas à élargir son cercle de disciples. Il préférait diminuer et disparaître afin que l’Eglise puisse grandir.

Cher lecteur, qui est à la tête de vos rencontres? Est-ce que chacun lutte contre l’autre pour assumer la direction, ou laissez-vous de la place aux autres? Soyez le plus petit afin que Christ puisse grandir en vous. Avec Jean, dites: «Qu’il grandisse et que je diminue.»

QUESTION:

  1. Dans quel sens Christ est-il l’époux?''

www.Waters-of-Life.net

Page last modified on April 03, 2012, at 09:56 AM | powered by PmWiki (pmwiki-2.2.109)