Waters of Life

Biblical Studies in Multiple Languages

Search in "French":
Home -- French -- John - 040 (Feeding the five thousand)
This page in: -- Arabic -- Armenian -- Bengali -- Burmese -- Cebuano -- Chinese -- English -- Farsi? -- FRENCH -- Georgian -- Hausa -- Hindi -- Igbo -- Indonesian -- Javanese -- Kiswahili -- Kyrgyz -- Malayalam -- Peul -- Portuguese -- Russian -- Serbian -- Somali -- Spanish? -- Tamil -- Telugu -- Thai -- Turkish -- Urdu -- Uyghur? -- Uzbek -- Vietnamese -- Yiddish -- Yoruba

Previous Lesson -- Next Lesson

JEAN - La lumière luit dans les ténèbres
Etudes de l'Evangile de Christ selon Jean

PARTIE 2 - La lumière luit dans les ténèbres (Jean 5:1 - 11:54)
B - Jesus est le pain de vie (Jean 6:1-71)

1. Jésus nourrit cinq mille hommes (Jean 6:1-13)


A Jérusalem, Jésus révéla sa divinité en accomplissant une guérison le jour du sabbat, montrant l’abîme entre l’amour de Dieu et les pensées futiles des légalistes. Ces derniers résolurent de se débarrasser de lui en vitesse. Le Saint-Esprit conduisit Jésus en Galilée, où la coupure décisive entre lui et ses adversaires atteindrait son paroxysme. Les habitants du Nord le suivaient encore partout où il allait.

JEAN 6:1-4
1 Après cela, Jésus s'en alla de l'autre côté de la mer de Galilée, de Tibériade. 2 Une grande foule le suivait, parce qu'elle voyait les miracles qu'il opérait sur les malades. 3 Jésus monta sur la montagne, et là il s'assit avec ses disciples. 4 Or, la Pâque était proche, la fête des Juifs.

Depuis que Jésus avait réprimandé les légalistes à Jérusalem, ils complotaient contre lui et l’espionnaient. Mais son heure n’était pas encore venue. Il quitta donc la juridiction du Sanhédrin pour la Galilée où il avait accompli plusieurs miracles. L’annonce de son arrivée suscita une vive agitation, ce qui ne perturba aucunement Jésus. Il savait que la mentalité sournoise rencontrée dans la capitale s’infiltrerait jusque dans les villages où il serait aussi harcelé. Il partit donc pour le Golan, à l’est du Jourdain, pour être seul avec ses disciples. Cependant, les foules affamées de ses paroles et voulant profiter de ses miracles, le suivirent. Cette année-là, Jésus ne retourna pas à Jérusalem pour la Pâque, car l’heure de sa mort n’était pas encore venue. Il célébra la fête avec ceux qui l’entouraient, en remplacement de la Pâque; préfiguration du banquet céleste où le Sauveur se joindra aux saints et se réjouira avec eux.

JEAN 6:5-13
5 Ayant levé les yeux, et voyant qu'une grande foule venait à lui, Jésus dit à Philippe: Où achèterons-nous des pains, pour que ces gens aient à manger? 6 Il disait cela pour l'éprouver, car il savait ce qu'il allait faire. 7 Philippe lui répondit: Les pains qu'on aurait pour deux cents deniers ne suffiraient pas pour que chacun en reçût un peu. 8 Un de ses disciples, André, frère de Simon Pierre, lui dit: 9 Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons; mais qu'est-ce que cela pour tant de gens? 10 Jésus dit: Faites-les asseoir. Il y avait dans ce lieu beaucoup d'herbe. Ils s'assirent donc, au nombre d'environ cinq mille hommes. 11 Jésus prit les pains, rendit grâces, et les distribua à ceux qui étaient assis; il leur donna de même des poissons, autant qu'ils en voulurent. 12 Lorsqu'ils furent rassasiés, il dit à ses disciples: Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde. 13 Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restèrent des cinq pains d'orge, après que tous eurent mangé.

Lorsque Jésus vit la foule s’approcher, il leva les yeux vers son Père céleste, lui rendit gloire et honneur et lui soumit le besoin des affamés. Ce fut le commencement du miracle. Le Père confia au Fils la tâche qui mettrait les cœurs à nu.

Premièrement, Jésus éprouva les disciples pour voir si leur foi grandissait, s’ils étaient encore liés au matérialisme et s’ils pensaient en termes du monde, en demandant à Philippe où trouver du pain. Nous répondrions: à la boulangerie. Jésus pensait à son Père. Nous pensons aux problèmes d’argent et au coût élevé de la vie. Jésus pensait à Celui qui aide. Philippe pensa immédiatement aux coûts occasionnés au lieu de faire confiance. Quiconque regarde à l’argent n’arrive pas à voir les possibilités divines. L’analyse des disciples était raisonnable: il n’y avait aucune boulangerie, aucun moulin dans les environs, et pas le temps de confectionner du pain. Mais les gens étaient là, affamés après un long temps d’écoute.

Soudain, l’Esprit inspira André qui aperçut un garçon avec cinq pains et deux poissons. Le disciple le présenta à Jésus. Il se faisait des soucis, bien conscient que la quantité de nourriture était totalement insuffisante. Jésus amena les disciples à reconnaître leur échec. Ils ne savaient pas que faire, ne connaissaient pas la volonté divine et ignoraient ce que Jésus allait faire.

Jésus donna des ordres aux disciples qui firent asseoir les gens comme pour un banquet.

L’herbe verte recouvrait le sol, symbole de la foi germant dans les cœurs. Cinq mille hommes, plus des femmes et des enfants, quel grand nombre! La plupart d’entre eux n’avaient jamais vu Jésus, ni ses œuvres. Mais ils prirent place, sur sa parole.

Calmement, Jésus prit les pains et choisit de manifester sa puissance en cette occasion. Il présenta les cinq pains à son Père et le remercia pour la quantité dérisoire. Il savait que Dieu bénirait cette petite quantité qui finirait par déborder. La reconnaissance pour le peu, et le fait d’honorer son Père furent le secret de ce miracle. Acceptez-vous avec reconnaissance le peu que Dieu vous donne, ou vous en plaignez-vous? Partagez-vous le peu avec vos amis? Jésus n’était pas égoïste; l’amour de Dieu demeurait en lui. Il honora le Père et partagea la bénédiction de Dieu entre tous.

Ce miracle rapporté dans les quatre évangiles est introduit sans fanfare. Il est probable que seuls ceux qui étaient assis près de Christ en ont rendu témoignage. Ils réalisèrent que les pains ne cessaient pas d’apparaître alors qu’ils les partageaient; l’approvisionnement semblait infini. Ils allaient et venaient et donnaient à chacun la quantité désirée. C’est un signe de la grâce. Dieu offre le pardon et l’Esprit sans mesure. Prenez ce que vous voulez; croyez aussi fort que vous pouvez. Partagez votre bénédiction avec les autres. Bénissez-les comme vous avez été béni, vous deviendrez ainsi une source de bénédictions pour les autres.

A Cana, Jésus changea l’eau en vin, et au Golan il multiplia les cinq pains pour nourrir plus de cinq milles hommes. Il est surprenant de constater qu’il y avait plus de pains à la fin du repas qu’au début! Il restait douze paniers remplis de restes. Jésus ordonna qu’on ne laisse rien perdre. Aujourd’hui, ceux qui jettent leurs restes à la poubelle devraient avoir honte, sachant que des milliers de personnes meurent de faim chaque jour. Ne perdez pas les bénédictions dont vous jouissez à cause votre insouciance. Mais rassemblez les miettes de la grâce. Vous recevrez plus que vous ne pouvez contenir.

Imaginez le jeune garçon auquel appartenaient les pains. Témoin du miracle de Jésus, il devait être émerveillé. Il n’a certainement jamais oublié ce moment.

PRIERE: Merci Seigneur Jésus pour ta patience et ton amour. Pardonne notre manque de foi. Enseigne-nous à nous tourner vers toi dans la détresse et à ne pas compter sur nos capacités, mais à nous appuyer sur tes ressources. Nous te remercions pour les richesses spirituelles que tu nous as accordées et même pour la petite quantité de nos biens matériels. Tu bénis notre peu et tu nous aides à ne rien gaspiller et à ne pas négliger nos dons.

QUESTION:

  1. Quel est le secret de la multiplication des pains?

www.Waters-of-Life.net

Page last modified on April 03, 2012, at 10:31 AM | powered by PmWiki (pmwiki-2.2.140)