Waters of Life

Biblical Studies in Multiple Languages

Search in "French":
Home -- French -- Acts - 079 (Founding of the Church at Philippi)
This page in: -- Arabic -- Armenian -- Azeri -- Bulgarian -- Cebuano -- Chinese -- English -- FRENCH -- Georgian -- Hausa -- Igbo -- Indonesian -- Portuguese -- Russian -- Serbian -- Somali -- Tamil -- Telugu -- Turkish -- Urdu? -- Uzbek -- Yiddish -- Yoruba

Previous Lesson -- Next Lesson

ACTES - Dans la procession triomphale de Christ
Etudes des Actes des Apôtres selon Luc
PARTIE 2 - Des nouvelles au sujet de l'évangélisation parmi les païens et la création d'Églises d'Antioch à Rome -- Par le ministère de l'apôtre Paul qui a pris le départ par le Saint-Esprit (Actes 13 - 28)
C - Deuxième voyage d'évangélisation (Actes 15:36 - 18:22)

4. La fondation de l’Église de Philippes (Actes 16:11-34)


ACTES 16:11-15
11 Etant partis de Troas, nous fîmes voile directement vers la Samothrace, et le lendemain nous débarquâmes à Néapolis. 12 Dés nous allâmes à Philippes qui est la première ville d’un district de Macédoine, et une colonie, nous passâmes quelques jours dans cette ville. 13 Le jour du sabbat, nous nous rendîmes, hors de la porte, vers une rivière, où nous pensions que se trouvait un lieu de prière. Nous nous assîmes, et nos parlâmes aux femmes qui étaient réunies. 14 L’une d’elles, nommée Lydie, marchande de pourpre, de la ville de Thyatire, était une femme craignant Dieu, et elle écoutait, le Seigneur lui ouvrit le cœur, pour qu’elle soit attentive à ce que disait Paul. 15 lorsqu’elle eut été baptisée, avec sa famille, elle nos fit cette demande: Si vous me jugez fidèle au Seigneur, entrez dans ma maison et demeurez-y, et elle nous pressa par ses instances.

La tempête de l’amour de Dieu a conduit directement le bateau de ses apôtres de l’Asie vers l’Europe, habituellement, le voyage dure cinq jours et cinq nuits. Le bateau arriva en Europe en deux jours, c’était une chose inhabituelle. Paul ne resta pas dans le port de la ville côtière, mais il partit sur le champ pour la ville de Philippes, le centre du district.

Auguste César a vaincu les assassins de Jules César, quand il les a poursuivit jusqu’à cette ville, c’est dans ses plaines que se déroula la grande et célèbre bataille, et après cela, il développa Philippes, l’étendit, l’embellit, l’exonéra des impôts, et il fit d’elle un refuge pour les soldats retraités. Elle ressemblait à la ville syrienne d’Antioche, par son climat et par son système politique.

Paul était excité et il avait le désir de rencontrer le Macédonien, qu’il avait vu dans la vision, et chose étonnante, l’apôtre ne trouva personne qui s’intéressait à Christ et à son salut, tous ne cherchaient que la jouissance et le repos. Les serviteurs du Seigneur ne trouvèrent pas dans la ville des juifs, la ville avait un caractère militaire plutôt que commercial. Les serviteurs de Dieu s’interrogèrent, la vision n’était-elle pas une obsession? Et l’appel n’était-il pas un reflet de leurs désirs propres? Paul a su que dans les villes où il n’y a pas de synagogues pour les juifs, ces derniers se réunissaient le samedi, près du lit d’un cours d’eau, hors de la ville pour le lavage rituel et la prière communautaire. L’apôtre s’approcha du fleuve Kankish à deux kilomètres hors de la ville, des femmes juives et grecques se sont réunies pour la prière, et quand il les vit, il s’interrogea: Qu’est-ce que j’ai avec les femmes? J’ai vu un homme dans ma vision et non une femme, moi je ne cherche pas des femmes étrangères.

L’Esprit-Saint donna à l’apôtre d’être humble, il ne fit aucune différence entre riche et pauvre, grand et petit, homme et femme, homme libre et esclave, blanc ou noir, mais il rassasia toute âme qui avait faim de la parole de l’Evangile. Il s’assied et parla aux femmes qui étaient réunies. Et parmi les femmes qui étaient réunies, il y avait une femme, marchande de pourpre, originaire de la ville de Thyatire en Asie Mineure, le pays où le Saint-Esprit empêcha ses apôtres d’évangéliser ses habitants, mais maintenant les serviteurs de Dieu annoncent la bonne nouvelle du salut par Jésus-Christ dans la ville de Philippes en Macédoine, et Lydie écoutait attentivement le message du salut. C’était une femme riche, et la marchandise qu’elle vendait était très précieuse à l’époque, elle vendait de la pourpre, c’était une femme active, et elle pouvait aisément distinguer entre les hommes. Elle réalisa rapidement que les apôtres du Seigneur avaient une force divine et qui se manifestait en eux et dans les paroles qui sortaient de leurs bouches. Elle avait le sentiment que Dieu lui parlait, elle écoutait attentivement le Saint Evangile, alors, le Seigneur ouvrit son cœur, l’Esprit de Dieu l’illumina et elle fit sur le champ l’expérience de la nouvelle naissance, non pas à cause de sa propre justice, mais parce qu’elle avait des oreilles attentives à la parole de Dieu, et aussi elle avait faim de la parole divine. Encore aujourd’hui, l’Evangile renouvelle le cœur de tous ceux qui cherchent la justice divine. L’Esprit de Dieu descend sur tous ceux qui se soumettent à son action.

Et Lydie portait des habits selon la mode de la société dans laquelle elle vivait. Elle était intelligente et expérimentée. Elle réalisa immédiatement l’essentiel du message du salut et demanda à ce qu’elle soit baptisée, elle fut remplie de l’Esprit de Dieu, et fit l’expérience de l’amour de Dieu, de la vérité et de la vie éternelle.

Et ce qui est étonnant, c’est que Paul ne baptisa pas uniquement cette femme, mais toute sa maison, c’est-à-dire, son mari, ses enfants, ses serviteurs et toutes les personnes qui l’assistaient dans son travail. L’apôtre croyait de tout son cœur en la toute puissance de l’Esprit-Saint, qu’une personne éclairée pourrait aussi éclairer d’autres personnes, et celle qui a l’amour de Dieu dans son cœur, pourrait faire des personnes égoïstes des serviteurs de Dieu. Combien ton cœur est grand, ô Paul! Tu n’as pas de longs cours à donner pour préparer les personnes qui désirent être baptisées, mais tu as plutôt l’audace de confier tout un groupe de croyants au Seigneur, en ayant totalement confiance en lui, qu’il va achever l’œuvre. L’apôtre a su que ce n’est pas lui qui sauve les croyants, mais le Christ, et le Christ seul.

Et après, la riche vendeuse de pourpre demanda à l’apôtre et à ses compagnons d’entrer dans sa maison et de demeurer-y, et d’ouvrir dans sa maison un centre d’évangélisation, mais Paul ne voulait pas accepter cette assistance de la sœur Lydie, et préféra lui et ses compagnons travailler de leurs propres mains pour subvenir à leurs propres besoins, mais l’habile vendeuse de pourpre insista dans sa demande, et finalement les serviteurs acceptèrent son invitation. Ils demeurèrent chez elle pour fortifier les nouveaux convertis renouvelés par l’Esprit de Dieu, et ainsi l’amour a eu le dernier mot sur les coutumes, car l’amour est le plus important.

Paul a vu dans la vision un homme, mais la personne convertie était une femme qui venait d’une religion où l’homme avait autorité sur la femme, tandis qu’en Europe, le Seigneur, choisit tout d’abord une femme, et nous dans l’évolution de la situation des symboles de la liberté de la femme, et la capacité de l’apôtre d’écouter les directives du Saint-Esprit, et par l’intermédiaire de l’obéissance de l’apôtre, la bonne nouvelle fut annoncée en Europe. Le premier fruit de la proclamation de l’Evangile a été une femme, Lydie, la marchande de pourpre.

PRIÈRE: Nous te louons Seigneur, parce que tu as ouvert le cœur de Lydie, et tu as répondu a son désir en répandant ton Esprit-Saint sur elle. Pardonne-nous notre manière de pensée limitée, et ouvre nos cœurs, donne-nous l’humilité et l’amour, afin que nous puissions annoncer également aux femmes la vérité de l’Evangile en toute pureté et avec sagesse. Amen.

QUESTION 79: Quelle est la merveille qui était dans la vie de Lydia, et pourquoi Paul a-t-il baptisé toute sa famille?

www.Waters-of-Life.net

Page last modified on September 27, 2012, at 09:30 AM | powered by PmWiki (pmwiki-2.2.140)