Waters of Life

Biblical Studies in Multiple Languages

Search in "French":
Home -- French -- John - 053 (Disparate views on Jesus)
This page in: -- Arabic -- Armenian -- Bengali -- Cebuano -- Chinese -- English -- Farsi? -- FRENCH -- Hausa? -- Hindi -- Indonesian -- Kiswahili -- Kyrgyz -- Malayalam -- Peul -- Portuguese -- Russian -- Serbian -- Spanish? -- Tamil -- Telugu -- Turkish -- Urdu -- Uyghur? -- Uzbek -- Vietnamese -- Yiddish

Previous Lesson -- Next Lesson

JEAN - La lumière luit dans les ténèbres
Etudes de l'Evangile de Christ selon Jean

PARTIE 2 - La lumière luit dans les ténèbres (Jean 5:1 - 11:54)
C - Le dernier voyage de Jesus a Jerusalem (Jean 7:1 - 11:54) La seperation des tenebres de la lumiere
1. Les paroles de Jésus à la fête des tabernacle (Jean 7:1 – 8:59)

b) Opinions diverses sur Jésus parmi le people et le Conseil suprême (Jean 7:14-63)


JEAN 7:45-48
45 Ainsi les huissiers retournèrent vers les principaux sacrificateurs et les pharisiens. Et ceux-ci leur dirent: Pourquoi ne l'avez-vous pas amené? 46 Les huissiers répondirent: Jamais homme n'a parlé comme cet homme. 47 Les pharisiens leur répliquèrent: Est-ce que vous aussi, vous avez été séduits? 48 Y a-t-il quelqu'un des chefs ou des pharisiens qui ait cru en lui?

Alors que Jésus enseignait dans le temple, les Pharisiens se réunirent espérant que leurs serviteurs arrêteraient Jésus et le leur ramèneraient. ‘Principaux sacrificateurs’ est au pluriel, même si un sacrificateur présidait le Conseil Suprême pendant toute la durée de sa vie. Mais les chefs romains licenciaient parfois ces hommes. C’est pourquoi, il y avait plusieurs sacrificateurs à l’époque de Jésus nommés par Rome; tous appartenaient aux familles sacerdotales. Ces hommes étaient des Sadducéens qui penchaient vers une pensée libérale, peu appréciée du légalisme des Pharisiens.

Les Pharisiens siégeaient aux cotés des prêtres au Conseil. Ils rejetaient la pensée grecque et faisaient de la loi la base de leur foi et des œuvres de leur parti. Ils avaient le cœur endurci et honoraient Dieu par obligation.

Les Pharisiens et les Sadducéens étaient en colère suite à l’échec de l’arrestation de Jésus. Les disciples ne lui servaient pourtant pas de gardes du corps, ni la foule, mais ses paroles faisaient une impression si forte sur tous qu’ils n’osèrent point l’enchaîner, conscients de la puissance de Dieu émanant de lui.

En entendant cela, les Pharisiens insultèrent les gardiens du temple: «Est-ce que vous avez aussi rejoint les rangs de ce trompeur? Aucun des membres honorables du Conseil n’a cru en lui. Aucun croyant sensé ne suivrait ce Galiléen.»

Plusieurs aimaient en effet Jésus, mais ils faisaient partie des gens ordinaires. Parmi eux, l’on trouvait des méprisés, des voleurs et des gens de mauvaise vie. Il s’était assis à table avec eux les honorant de sa présence. Mais les pieux méprisaient cette classe de la société qu’ils estimaient maudite. Ils les regardaient avec des lunettes légalistes. En réalité, ce sont ces méprisés qui suivirent Jésus. Certains d’entre eux avaient confessé leurs péchés à Jean-Baptiste. Ainsi les dirigeants haïssaient les masses, oubliant qu’ils parlaient la même langue et observaient les mêmes coutumes. Tout le peuple forme un ensemble quels que soient les conflits et les divisions qui existent entre les classes.

JEAN 7:50-51
50 Nicodème, qui était venu de nuit vers Jésus, et qui était l'un d'entre eux, leur dit: 51 Notre loi condamne-t-elle un homme avant qu'on l'entende et qu'on sache ce qu'il a fait?

Nicodème était mal à l’aise face à l’hostilité du Conseil. Il avait rencontré Christ qui lui avait montré le besoin de naître de nouveau. Cet homme était encore sous l’influence de Jésus et voulait intervenir en sa faveur, sans déclarer publiquement son intérêt pour Jésus. Il s’appuya sur la loi en vigueur qui ne permettait pas de prononcer un jugement en l’absence de l’accusé.

Les juges se moquèrent cependant de la conscience de Nicodème. Même si la cour siégeait, ce serait en grande partie formel; elle condamnerait l’innocent en se basant sur de fausses accusations. Pour les conspirateurs, le fait qu’il soit un faux prophète était une preuve suffisante puisqu’il était de Galilée – une région méprisée des Juifs pour son laxisme dans l’observation de la loi. Aucun passage de l’Ecriture n’indiquait que le Messie promis ou un prophète viendrait de la Galilée dans les derniers jours. Les Pharisiens convaincus de leur analyse se moquèrent de Nicodème. Ce dernier aurait aimé leur présenter Jésus pour les persuader par ses paroles vigoureuses, comme il en avait lui-même été convaincu plus tôt.

QUESTION:

  1. Pourquoi les prêtres et les Pharisiens méprisaient-ils les gens ordinaires?

www.Waters-of-Life.net

Page last modified on April 03, 2012, at 10:33 AM | powered by PmWiki (pmwiki-2.2.109)