Waters of Life

Biblical Studies in Multiple Languages

Search in "French":
Home -- French -- Acts - 119 (Moving to Sidon and Then to Crete)
This page in: -- Arabic -- Armenian -- Azeri -- Bulgarian -- Cebuano -- Chinese -- English -- FRENCH -- Georgian -- Hausa -- Igbo -- Indonesian -- Portuguese -- Russian -- Serbian -- Somali -- Tamil -- Telugu -- Turkish -- Urdu? -- Uzbek -- Yiddish -- Yoruba

Previous Lesson -- Next Lesson

ACTES - Dans la procession triomphale de Christ
Etudes des Actes des Apôtres selon Luc
PARTIE 2 - Des nouvelles au sujet de l'évangélisation parmi les païens et la création d'Églises d'Antioch à Rome -- Par le ministère de l'apôtre Paul qui a pris le départ par le Saint-Esprit (Actes 13 - 28)
F - La navigation du Césarée à Rome (Actes 27:1 - 28:31)

1. Le déplacement à Sidon puis à Crète (Actes 27:1-13)


ACTES 27:1-13
1 Lorsqu'il fut décidé que nous nous embarquerions pour l'Italie, on remit Paul et quelques autres prisonniers à un centenier de la cohorte Auguste, nommé Julius. 2 Nous montâmes sur un navire d'Adramytte, qui devait côtoyer l'Asie, et nous partîmes, ayant avec nous Aristarque, Macédonien de Thessalonique. 3 Le jour suivant, nous abordâmes à Sidon; et Julius, qui traitait Paul avec bienveillance, lui permit d'aller chez ses amis et de recevoir leurs soins. 4 Partis de là, nous longeâmes l'île de Chypre, parce que les vents étaient contraires. 5 Après avoir traversé la mer qui baigne la Cilicie et la Pamphylie, nous arrivâmes à Myra en Lycie. 6 Et là, le centenier, ayant trouvé un navire d'Alexandrie qui allait en Italie, nous y fit monter. 7 Pendant plusieurs jours nous naviguâmes lentement, et ce ne fut pas sans difficulté que nous atteignîmes la hauteur de Cnide, où le vent ne nous permit pas d'aborder. Nous passâmes au-dessous de l'île de Crète, du côté de Salmone. 8 Nous la côtoyâmes avec peine, et nous arrivâmes à un lieu nommé Beaux-Ports, près duquel était la ville de Lasée. 9 Un temps assez long s'était écoulé, et la navigation devenait dangereuse, car l'époque même du jeûne était déjà passée. 10 C'est pourquoi Paul avertit les autres, en disant: O hommes, je vois que la navigation ne se fera pas sans péril et sans beaucoup de dommage, non seulement pour la cargaison et pour le navire, mais encore pour nos personnes. 11 Le centenier écouta le pilote et le patron du navire plutôt que les paroles de Paul. 12 Et comme le port n'était pas bon pour hiverner, la plupart furent d'avis de le quitter pour tâcher d'atteindre Phénix, port de Crète qui regarde le sud-ouest et le nord-ouest, afin d'y passer l'hiver. 13 Un léger vent du sud vint à souffler, et, se croyant maîtres de leur dessein, ils levèrent l'ancre et côtoyèrent de près l'île de Crète.

Deux longues années depuis l’emprisonnement de Paul furent passées, elles étaient pleines de prières, de réflexions, de tranquillité et de messages et de discours avec des individus. Enfin le gouverneur envoya Paul à Rome dans un voilier qui n'était pas luxe, plutôt il l’a envoyé comme un prisonnier enchaîné avec d’autres prisonniers qui n’étaient pas des romains, mais plutôt des capturés envoyés à Rome pour les mettre au cirque, où ils devaient se défendre devant des lions affamés, sinon ils les dévorent.

Paul n’était pas seul, mais il était accompagné du médecin Luc et Aristarque le fidèle. Et désormais, nous lisons encore dans le livre des Actes des Apôtres les nouvelles dans la forme du pluriel "nous". La communion des saints n’est pas fini devant les souffrances et les tribulations, mais elle s’est enracinée beaucoup plus et affermie dans les dangers de la mort. Luc cueillit au cours des deux années de la prison de Paul les détails de son Evangile et du livre des Actes des Apôtres des témoins oculaires et il a écrit des textes des paroles de Christ rassemblées. Il a porté ce trésor unique et précieux avec lui dans ce long et dangereux voyage. Il n’a pas parlé de lui-même dans ces nouvelles, ni par sa parole, ni dans son Evangile. Nous trouvons dans ce voyage une consolation que trois hommes se sont rencontrés en communion d’amour, vainquant par leurs prières tous les obstacles qui les empêchent de poursuivre leur chemin vers Rome.

Ils firent voile à Sidon, où il vécut un groupe de croyants. L’officier Julius, ayant de l’humanité, il lui donna un permis à Paul de descendre au bord de la mer car il faisait confiance en lui. Il l’a connu quand il était emprisonné à Césarée, et c’est fort possible que Paul, à cette époque, était enchaîné main à main avec un soldat suivant le système romain, mais la chaîne n’a pas empêché Paul de prêcher l'Evangile. Après avoir quitté vers l'Anatolie, le vent commença à souffler contre la direction du navire, et comme la voile a été fixée, le navire ne put pas s’avancer contre le vent, mais ils avaient dû canoter avec le courant, en dépit du courbement de la voile. Alors ils s’embarquèrent, dans la protection des montagnes de Chypre et sans l’influence du vent, pour l'ouest en direction de Rome lointaine. Enfin ils arrivèrent à Myra en Lycie, où ils ont trouvé un grand voilier chargé de blé qui se dirige à Rome et sur lequel les prisonniers furent transportés. Et ainsi a été achevée la charge habituelle sur ce voilier parce que la capital avait besoin du pain et des jeux aussi, c'est-à-dire une nourriture de bon marché des colonies et des esclaves pour jouer au cirque, là où leur sang sera répandu comme des rivières. De cette façon, les empereurs plurent la populace presseuse à Rome pour qu’ils approuvent leur système. Aujourd'hui encore, nous trouvons les mêmes principes dans certains pays, beaucoup de pain à la foule et des jeux extraordinaires pour surmonter l'ennui.

Les vents étaient contraires à la direction du dernier voyage de Paul au long de la ligne, comme si les mauvais esprits s’apposaient à l’avancement de l'Evangile aux Romains, et la haine de l'enfer se prépara pour avaler Paul et ses compagnons. L’apôtre sentait l’incitation de sur lui-même et prédit le désastre à venir. Il avertit l'officier et le capitaine du navire de poursuivre le voyage. Quand ils sont venus à un petit port sur l'île de Crète dont le nom est au contraire de sa réalité (le bon port) les responsables ont vraiment écarté leur planification d’aller à Rome au milieu des tempêtes d'hiver, mais ils voulaient passer l'hiver dans une ville de plaisir et non pas dans un village stérile. Donc, ils firent voile dès le première soufflement du vent qui apparut convenable, mais il était l'appât du mal pour les attirer à ses profondeurs afin de détruire le navire et tous ceux qui y sont dedans par le vent de ses esprits. Satan ne veut pas qu’empêcher l’Evangile, mais l’éliminer et exterminer les apôtres du Christ aussi sans pitié.

PRIÈRE: Tendre Seigneur, aide-nous à toujours écouter ta voix, afin que nous périssons pas et nous ne faisons pas périr nos amis. Enseigne-nous à obéir à ta voix, et à demeurer dans ta protection. Amen.

QUESTION 119: Quels sont les trois serviteurs de Dieu qui allaient partir ensemble à Rome?

www.Waters-of-Life.net

Page last modified on September 27, 2012, at 09:52 AM | powered by PmWiki (pmwiki-2.2.140)